Skip to content
© Olivier Vatine
Découvrir toutes les pépites

Niourk

Bande dessinée de Olivier Vatine
par Yvan Saint-Jours Corré, le
Nouveauté, Fiction

Sur une Terre post-apocalyptique où l'Humanité a régressé au stade primitif après une catastrophe nucléaire ayant asséché les océans et donné naissance à des chimères mutantes, quelques tribus survivent à l'état sauvage. Parmi elles, la horde de Thôz, où vit l'enfant noir, rejeté par les siens. Lorsque le vieux sorcier de la tribu le condamne à mort, l'enfant noir se met en marche pour Niourk, la ville des dieux, où ne subsistent que les vestiges de la civilisation du vingtième siècle.

« Niourk »... c’est « New York », prononcé avec difficulté par un enfant noir, héros de cette histoire. Nous sommes au XXVe siècle ; la Terre est retournée à un état sauvage, donc à son état normal. Sauf que, ça et là, demeurent des vestiges de notre civilisation humaine. Mais que s’est-il passé ?

Pourquoi ceux de la tribu qui héberge « l’enfant noir » ressemblent à s’y méprendre à des Néanderthaliens ? Et ces monstres tentaculaires dont on parle à mi-mots et qu’il va falloir affronter pour trouver de la nourriture, d’où viennent-ils ?

Niourk a été écrit par Stefan Wul en 1957. Pierre Pairault de son vrai nom, dentiste qui écrivait à ses heures perdues, a posé ici un roman de science-fiction post-apocalyptique qui est devenu un grand classique du genre.

Il y a plus de 60 ans, sa vision de notre futur était sans ambiguïté : les humains allaient détruire la Terre à cause de leur arrogance et des déchets nucléaires... Une vision qui donne des frissons, plus d’un demi-siècle après, tellement elle est ajustée à notre époque.

Niourk a été réédité à de nombreuses reprises, la couverture originale aux éditions Fleuve Noir était de René Brantonne (très marquée années 1950). Et la couverture la plus célèbre (Folio Junior chez Gallimard) a été dessinée par Enki Bilal, donnant une tonalité unique à ce roman d’anthologie.

La maison d’édition Ankama a relevé le pari fou de sortir en BD les œuvres de Stefan Wul, sous l’impulsion d’Olivier Vatine (le dessinateur de la saga Aquablue ). Ce dernier en a fait trois BD, qui ont été réunies en une seule dans une intégrale, en 2019.

Mis à part quelques expressions ou événements historiques qu’il a remis au goût du jour, il s’est attaché au roman original. Le trait est précis et puissant, la mise en couleurs superbe et le texte épuré. Nous suivons le périple initiatique de l’enfant noir, qui est aussi le narrateur, voyageant à dos d’ours dans les fonds asséchés de l’océan entre Cuba et New York. Les décors sont sublimes.

L’auteur nous gratifie de nombreux dessins en pleines et double-pages totalement immersifs. Un classique à (re)découvrir en images, et dont l’épilogue épique, rajouté par Olivier Vatine, est vivifiant.

Dessinateur(s) : Olivier Vatine
Éditeur : Ankama
Date de parution :
Nombre de pages :150
EAN :9791033510314

Lire également :

Classique,
Fiction

La Peste écarlate

Nouvelle de Jack London

Un ancien professeur d'université erre en compagnie de ses petits-enfants, revêtus de peaux de bêtes, dans un paysage désolé. Celui de la baie de San Francisco, ravagée soixante ans auparavant par un terrible fléau. Nous sommes en 2073...

Classique,
Fiction

Le Facteur

Roman de David Brin

Dans une Amérique sombre et violente issue d'une guerre dévastatrice, Gordon est un comédien errant, troquant des histoires contre nourriture et un toit provisoire. Jusqu'à cette froide nuit d'hiver où il endosse la veste d'un facteur depuis longtemps décédé. Car le vieil uniforme est un symbole qui fera renaître l'espoir chez ceux qui survivent encore dans quelques communautés isolées. Héros malgré lui, il sera obligé de les défendre contre des forcenés ennemis des valeurs civilisées.

Bande dessinée,Entretiens,Essai,Manuel,Nouvelle,Presse alliée,Roman,
© 2021 Yggdrasil