Skip to content
Découvrir toutes les pépites

Ne plus se mentir

Essai de Jean-Marc Gancille
par Pablo Servigne, le
Nouveauté, Réalité

Ce livre est pour celles et ceux qui savent que la planète nous survivra quoi qu'il advienne et que l'humanité ne sera pas sauvée à coups de voeux pieux, de petits pas "qui vont dans le bon sens" et de petits gestes bien intentionnés au quotidien. Jean-Marc Gancille porte un regard sans concession sur notre situation. Face à l'impasse écologique, il invite à changer de stratégie, à exercer une légitime défense contre le système et à abandonner l'espoir pour le courage afin de sauver ce qui peut encore l'être.

Petit essai coléreux, parfois dégoûté, ce livre synthétise l’air du temps : « Il est désormais certain qu’il n’existe aucune porte de sortie aisée pour s’extraire de la situation dans laquelle nous nous sommes empêtrés. »

Ce n’est toutefois pas un « tout est foutu » franc et net, mais tous les arguments sont là (la compilation d’arguments est salutaire).

Depuis des années d’alerte, rien n’a fonctionné, aucune baisse de la consommation, aucune politique sérieuse sur l’énergie, aucune mesure efficace pour protéger les populations animales et végétales qui nous entourent, etc. Les mobilisations pacifiques et les « petits gestes » écolos se sont avérés être des leurres.

Il reste alors une seule chose : « un devoir moral et politique de désobéissance et même de rébellion », « une légitime défense contre le système », une confrontation « radicale », « violente », et la « constitution d’une garde civique armée » pour défendre l’archipel des alternatives. Le débat sur la violence/radicalité/désobéissance est bienvenu, car il est essentiel pour notre époque, et complexe, mais malheureusement il est ici traité un peu trop vite et en ligne droite : « l’opposition ne peut être que frontale ».

On peut comprendre Jean-Marc Gancille, il est difficile de ne pas devenir cynique après la lecture des constats, on a envie de taper du poing ! Mais pas au « poing » d’éclipser la possibilité d’actions massives de désobéissance civile non-violente (qu’on n’expérimente pas en France) ou d’ignorer les pistes de luttes « furtives » (car l’affrontement frontal n’est plus possible, ils sont trop forts).

Malgré tout, la colère de Jean-Marc Gancille nous fait du bien, au « poing » de lui pardonner volontiers des petites contradictions – car nous en avons tous –, puisqu’après s’être moqué des écolos qui font de la permaculture (p. 61), des collapsos qui prennent soin de leur psyché et de celle des autres (p. 52) et avoir vu dans « les lois immuables de l’évolution celle de la compétition pour les ressources et des stratégies adaptatives pour la vie » (p. 69), il conclut son essai par un étonnant « ce dont nous aurons certainement le plus besoin pour tenir dans les temps qui viennent, c’est de fraternité, de vitalité et d’amour. Seules des communautés soudées, déterminées et coopératives pourront résister aux menaces, mutualiser les ressources, s’entraider, produire et partager équitablement ». « Aimons-nous » (p. 80). Dont acte.

Auteur(s) : Jean-Marc Gancille
Éditeur : Rue de l'échiquier
Date de parution :
Nombre de pages :96
ISBN :978-2-37425-146-2
Collection :Les Incisives
EAN :9782374251462

Lire aussi :

Nouveauté,
Réalité

Perdre la Terre

Essai de Nathaniel Rich

Après des années d’enquête et plus de cent interviews réalisées avec le soutien de la Fondation Pulitzer, Nathaniel Rich retrace comment la planète a raté son rendez-vous avec le climat, comment malgré les efforts de plusieurs lanceurs d’alerte, d’intérêts parfois concordants, souvent contradictoires, y compris de l’industrie pétrolière, rien n’a été fait pour stopper le changement climatique.

Nouveauté,
Réalité

Le plus grand défi de l'histoire de l'humanité - Face à la catastrophe écologique et sociale

Essai de Aurélien Barrau

L'astrophysicien au CNRS appelle à une révolution écologique pour faire face à l'extinction massive de la vie sur Terre.

Bande dessinée,Entretiens,Essai,Manuel,Nouvelle,Presse alliée,Roman,
© 2021 Yggdrasil