Skip to content
Découvrir toutes les pépites

Escape Game

Film de Louis Fouché, Cris Uberman et Unâm
par Lyse Hébert, le
Nouveauté, Fiction

Et si on jouait à s'échapper ? Comment faire de l'or vivant à partir du plomb numérique et mort ? Une drôle d'initiative artistique alchimique menée par deux artistes pour de vrai nous conduit à ce court métrage. Escape Game est une mise en abîme artistique de la condition de simulacre.

Tout commence par un QR Code qui grandit, grandit à l'écran, jusqu'à occuper toute la place...

Puis l'on retrouve Louis Fouché - à moins que ce ne soit son avatar - donnant un cours de philosophie à une classe d'adolescent.e.s désabusé.e.s.

Le sujet ? La condition humaine, reliée indubitablement à la souffrance, que l'on souhaite à tout prix éviter...
Jusqu'à se réfugiant dans un techno-cocon, dans une matrice nous plaçant dans un état infantile pour ne pas dire foetal...

Après avoir proposé à ses élèves un sevrage numérique jusqu'au prochain cours, Louis Fouché part s'évader dans la nature, fuyant l'a-nature, tout en se posant tout un tas de questions tant sur l'ouverture de conscience des élèves que sur ce qui a dérapé et à partir de quand.

S'en suit un voyage initiatique riche en symboles et teinté d'humour que je vous laisse découvrir...

Quand Louis Fouché m'a adressé par mail le lien de ce film, je ne m'attendais franchement pas à cet OVNI !
Et c'est le cas de l'écrire puisqu'il est question d'envol...

Le cours de philo sur la condition humaine, où l'on voit Charlie Chaplin qui court après les boulons (Les Temps Modernes) puis les rites de passages africains, démontre l'importance de créer du lien, de redonner du sens au symbole plutôt que de s'isoler avec nos outils techniques.

Après la théorie, la pratique : l'hubris, la démesure, est visible dans « la capitale du désordre » (Marseille) que Louis Fouché s'empresse de fuir pour se réfugier sur les hauteurs, dans la nature.

Mais dans cette société de contrôle on ne peut être tranquille...

A moins de pouvoir s'envoler ?

En guise de conclusion cette phrase, signée Guy Debord (La Société du spectacle) : « Dans le monde réellement renversé, le vrai est un moment du faux ». A méditer...

Direction : Cris Uberman et Unâm
Scénario : Louis Fouché, Cris Uberman et Unâm
Pays d'origine :France
Date de sortie :
Durée :22 min
Distribution :Louis Fouché

Lire également :

Classique,
Fiction

L’homme qui savait la langue des serpents

Roman de Andrus Kivirähk

L'Homme qui savait la langue des serpents raconte l'histoire du dernier des hommes qui parlait la langue des serpents, de sa soeur qui tomba amoureuse d'un ours, de sa mère qui rôtissait compulsivement des élans, de son grand-père qui guerroyait sans jambes, de son oncle qu'il aimait tant, d'une jeune fille qui croyait en l'amour, d'un sage qui ne l'était pas tant que ça, d'une paysanne qui rêvait d'un loup-garou, d'un vieil homme qui chassait les vents, d'une salamandre qui volait dans les airs, d'australopithèques qui élevaient des poux géants, d'un poisson titanesque las de ce monde et de chevaliers teutons un peu épouvantés par tout ce qui précède.

Nouveauté,
Fiction

La part cachée du monde

Roman de Eve Gabrielle

Ce roman nous parle des deux voies que le monde pourrait emprunter. Au Nord d'une "déchirure" qui coupe la France, la dérive sécuritaire, numérique, avec privatisation du vivant, et au Sud dans le Causse « le monde libre », des communautés en résistance, en symbiose avec le vivant. Au coeur de l'intrigue : les arbres, un frère et une soeur, un puissant recycleur de plastique et un livre de botanique. Ce roman palpitant permet de traverser nos peurs du futur. On y perçoit nos voies de résilience, les trésors de la nature et les formidables ressources humaines.

Bande dessinée,Entretiens,Essai,Manuel,Nouvelle,Presse alliée,Roman,
© 2022 Yggdrasil