Skip to content
Découvrir toutes les pépites

Après le monde

Roman de Antoinette Rychner
par Pablo Servigne, le
Nouveauté, Fiction

Novembre 2022. Un cyclone d’ampleur inédite ravage la côte ouest des États-Unis. Incapables de rembourser les dégâts, les compagnies d’assurance font faillite ; à leur suite, le système financier américain s’effondre, entraînant dans sa chute le système mondial. Plus d’argent disponible, plus de sources d’énergie, des catastrophes climatiques en chaîne, plus de communications… En quelques mois, le monde entier tel que nous le connaissons est englouti.

Vu de 2049, il ne reste plus grand-chose de notre monde d’abondance. Dès les grandes ruptures de 2023, tout a été emporté dans un maelström d’évènements qui ont mis fin à la civilisation. On n’y croyait pas.

Et pourtant, les « évènements » ont fini par impacter les chairs et les destins. « Tout cela, nous l’avons vu de nos yeux. Dans nos quartiers, dans nos campagnes, le long de routes vidées de leur trafic – silence routier qui, au lieu de réjouir les militantes écologistes que nous avions été, ne faisait que renforcer notre sentiment d’inquiétante étrangeté. » (p. 59)

Magnifiquement écrit, ciselé, travaillé, serré, ce roman d’anticipation est fractionné en chapitres aux styles très différents, comme un kaléidoscope dont les morceaux s’avèrent au final reliés par de beaux personnages féminins... et par ce qui fera le cœur de l’histoire : un grand récit mystérieux, une épopée, chantée par des femmes.

Certains passages, froids et secs comme un coup de hache, décrivent avec hauteur et minutie un monde perdu, un monde en perdition. On sourit, on souligne, on acquiesce, on soupire. Le bilan est là, absurde et réel. Mais comment a-t-on pu être aussi stupides ? D’autres passages nous emportent dans le tumulte et la chaleur de la vie de quelques femmes, la tête dans le guidon, les dents serrées (comme le lecteur), qui réagissent à la connerie des hommes, à la déréliction des survivants, à l’âpreté des conditions de vie, dans le sang, les larmes, le sperme, les glaires et la sueur.

Tableau complet et sans concession d’un monde où les États disparaissent, où le climat est devenu un ennemi, où même creuser un trou pour enterrer un proche devient une tâche insurmontable, où la simple médecine s’avère problématique (inoubliable scène d’opération chirurgicale), mais où l’organisation sociale, l’amitié, la justice, la politique, l’agriculture demeurent – sous d’autres formes, mais demeurent malgré tout.

La pulsion de vie tient bon, comme une mauvaise herbe, incarnée par quelques femmes courageuses. « À force de vivre confinées dans nos communautés, allons-nous devenir obtuses, réactionnaires, répressives envers nos propres filles ? » (p. 140)

Dans un monde où la vie n’a plus la même valeur qu’autrefois, ce qui sauve, ce qui fait grandir, ce qui fait tenir, c’est un récit commun, qui relie, qui surpasse, qui transcende. Les récits ont toujours été notre salut, ils nous aident à survivre, et ils nous survivent.

Un formidable roman écrit au féminin pluriel, abyssal, précis, cru et sensible, comme un coup de poing qui laisse un goût de caresse. Un must !

Auteur(s) : Antoinette Rychner
Éditeur : Buchet-Chastel
Date de parution :
Nombre de pages :300
ISBN :978-2-283-03325-8
Collection :Qui vive

A voir :

Nouveauté,
Fiction

IO

Film de Jonathan Helpert

Dans un futur proche, un cataclysme a rendu l’atmosphère terrestre irrespirable pour les êtres humains. Sam, une des dernières survivantes, se bat pour trouver un moyen de respirer à nouveau et sauver l’humanité qui a fui vers une colonie lointaine dans l’espace.

Lire également :

Classique,
Fiction

La Peste écarlate

Nouvelle de Jack London

Un ancien professeur d'université erre en compagnie de ses petits-enfants, revêtus de peaux de bêtes, dans un paysage désolé. Celui de la baie de San Francisco, ravagée soixante ans auparavant par un terrible fléau. Nous sommes en 2073...

Bande dessinée,Entretiens,Essai,Manuel,Nouvelle,Presse alliée,Roman,
© 2021 Yggdrasil