Skip to content
Découvrir toutes les pépites

Years and Years

Série de Russell T. Davies
par Pablo Servigne, le
Nouveauté, Fiction

La vie des Lyons, une famille de Manchester, racontée sur 15 ans alors que la Grande-Bretagne se retire de l'Europe et qu'un nouveau monde émerge.

Voilà la série qu’on attendait depuis longtemps ! Catastrophique sans être totalement dystopique, dramatique mais sympathique, futuriste mais réaliste, dense mais pas trop longue, intelligente et familiale.

Le premier épisode de cette série britannique (d’une série de six), arrive à capter magnifiquement l’ambiance politique, sociologique et technologique de l’année 2019, et en fait le point de départ d’un récit de micro-anticipation.

On pousse le curseur juste un chouïa, quelques petites années, et tout s’emballe : 2020-2025, seconde élection remportée pour Trump, crise des missiles nucléaires, évènements climatiques graves, conflits géopolitiques en Ukraine, triomphe de la post-vérité, drame des réfugiés, faillites bancaires, émergence du nationalisme européen et des régimes politiques autoritaires (le personnage de Vivienne Rook – sorte de mix entre Boris Johnson, Margaret Thatcher et Marine Le Pen – est incarné par la géniale Emma Thompson).

C’est tout cet enchaînement de la grande Histoire qui touche progressivement la petite histoire d’une fratrie de Manchester, d’une famille très banale (mais très Benetton) qui ne demande qu’à vivre paisiblement et qui se pensait à l’abri.

On s’attache facilement aux personnages, à ce père financier, à cette sœur activiste, à cette mère handicapée des quartiers populaires... On les suit dans leur imperceptible descente sociale, dans leurs efforts joyeux et courageux pour rester soudés au fil des ans et pour « s’en sortir ».

La progression dans ce futur post-Brexit s’accompagne d’inévitables innovations technologiques. Ce sont des petites touches de science-fiction à la fois sympathiques et flippantes (à la sauce Black mirror, mais en plus tranquille) qui s’immiscent au cœur de la vie familiale jusqu’à en devenir centrales.

Le fantasme transhumaniste d’un corps augmenté et digitalisé n’est finalement pas opposé à un avenir dégradé, il est en l’un des ingrédients. Le réalisateur a surtout l’honnêteté de ne pas rejeter la faute sur les outils, mais sur l’ordinaire paresse et la lâcheté des humains.

On ne va pas jusqu’à la folie spéculative de Black mirror ni à l’excès dramatique de La Servante écarlate, pourtant Years and Years provoque un sérieux malaise, qui lui vient assurément de sa proximité avec notre vie quotidienne.

Tout s’enchaîne tellement vite, il suffit de quelques anniversaires, de trois ou quatre fêtes de Noël en plus pour que des ruptures apparemment anodines (vues à la télé) prennent une place majeure dans nos vies.

Grâce à sa qualité d’écriture, très rythmée et subtile, efficace et inspirée, la série saisit admirablement les travers de nos sociétés modernes et réussit son effet dystopique sans avoir à forcer les traits. Elle ne décrit pas un avenir anxiogène lointain que l’on peut balayer d’un revers de main en éteignant l’écran. Elle décrit demain. Ou, pour reprendre Yves Cochet, « demain matin ». Excellent !

Direction : Simon Cellan Jones & Lisa Mucalhy
Scénario : Russell T Davies
Production : Canal + & BBC One
Pays d'origine :Royaume-Uni
Date de sortie :
Nombre de saison(s) :1
Épisodes / saisons :6
Durée :60 min
Distribution :Emma Thompson, Anne Reid, Rory Kinnear, T'Nia Miller, Russel Tovey

Lire aussi :

Nouveauté,
Réalité

Le Bug humain

Essai de Sébastien Bohler

Longtemps notre meilleur allié, notre cerveau risque aujourd’hui de causer notre perte. Car il existe un défaut de conception, un véritable bug, au coeur de cet organe extraordinaire : les neurones en charge d’assurer notre survie ne sont jamais rassasiés et réclament toujours plus de nourriture, de sexe et de pouvoir. Ainsi, nous sommes 8 milliards d’êtres humains sur Terre à rechercher encore et toujours la croissance dans tous les domaines. Pour ce faire, notre espèce hyper-consommatrice surexploite la planète, modifie son écosystème… et se met gravement en péril.

Nouveauté,
Fiction

Tout va bien, enfin, ça va aller

Bande dessinée de Bruno Isnardon et Eva Roussel

Que faire quand tout s’effondre ? Quand partir ? Et surtout, où aller ? Eva Roussel et Bruno Isnardon, les deux auteurs, se sont inspirés de leur couple et de leur quotidien, rendant leur récit à la fois réaliste et universel. Touchés par les problématiques sociales, économiques et environnementales, ils ont souhaité transmettre un message clair à toutes les générations : L’effondrement peut arriver plus vite que prévu.

Bande dessinée,Entretiens,Essai,Manuel,Nouvelle,Presse alliée,Roman,
© 2021 Yggdrasil